Simon voyage

Istanbul

Istanbul est une mégalopole turque de 15 millions d’habitants… Et des stambouliotes, il y en a au mètre carré!

À tort, je m’imaginais cette cité extrêmement bruyante et poussiéreuse. Istanbul est moderne avec ses transports en commun efficaces qui découragent de venir s’y engouffrer en voiture. De plus, on s’y sent en toute sécurité.

Très bel endroit pour démarrer mon long séjour!

Sainte-Sophie

Sainte-Sophie… Est-ce une basilique, une mosquée ou un musée?

D’abbord basilique à sa construction au 4è siècle, elle une mosquée durant 5 siècles puis musée au 20è siècle avant de redevenir mosquée récemment en 2020 sur l’ordre de l’actuel Président Erdogan.

Ce joyau d’architecture est époustouflant, particulièrement de l’intérieur où le passage incessant de visiteurs ne me semble pas très propice au recueillement.

Palais de Topkapi

Du 15è au 19è siècle le grandiose palais de Topkapi est le lieu de résidence officielle du sultan ottoman.

Constitué de nombreux jolis bâtimens on y vient principalement admirer le harem, appartement privé du sultan, qui comprend plus de 300 pièces.

Autres lieux de culte

De nombreuses autres mosquées parsèment l’ancienne Constantinople. Parmi celles-ci, il y a la belle Mosquée Bleue dont l’intérieur est en rénovation majeure et la Petite Sainte-Sophie, moins majestueuse que sa grande soeur. L’église désaffectée Sainte-Irène a connu de meilleurs jours.


Le Grand Bazar

Le Grand Bazar est le plus grand marché couvert au monde. 3600 commercants y vendent de tout dans le dédale des 65 rues intérieures. Contrairement à ce que je pensais, là aussi, tout y est bien ordonné et propre. Par contre, à l’intersection de certaines voies, les fourmis humaines peinent à circuler. Agoraphobes s’abstenir!

Le Bosphore

Entre la mer Noire et la mer de Marmara circule le détroit du Bosphore. Long de 32 km et d’une largeur maximale de 3 km, ce cours d’eau sépare l’Asie de l’Europe. Une convention internationale de 1936 déclare que le Bosphore est une eau internationale et donc que la Turquie n’a d’en restreindre le passage en temps de paix. Depuis le 26 février 2022, les navires russes n’y circulent plus.

En environ deux heures, je me suis rendu jusqu’à l’embouchure de la mer Noire en utilisant un service public de navettes. C’est une très agréable balade qui mène à une petite forteresse d’où le point de vue est idéal.

Sur le retour, je me suis arrêté à Emigran pour y voir un parc contenant près de 2 millions de tulipes, symbole de la mairie d’Istanbul, en pleine éclosion. De toute beauté!

Autres observations

  • COVID : Situation quasi identique à celle observée à Paris. Le masque n’est obligatoire que dans les transports en commun. Personnellement (et je n’étais pas le seul), je porte le masque lorsque la densité de personnes me rend inconfortable, par exemple, au Grand Bazar.
  • Langue : Je m’attendais à une plus grande maîtrise de l’anglais… Il va falloir que j’utilise Google Traduction souvent je pense.
  • Chiens et chats : Ils errent partout, presque toujours très passifs.
  • Je passe inaperçu.

6 reflexions sur “Istanbul

    1. Simon Auteur de l'article

      J’aurais voulu mais c’est en restoration majeure. Prochaine fois… Car Istanbul en vaut la peine!

  1. Isabelle

    Cool de te lire Simon… j’ai eu un inconfort « COVID-19 » en voyant ta photo du Grand Bazar, c’est clairement pas le même discours qu’ici on dirait 🤔 Ce pourrait-il que cet inconfort « disparaisse » à force d’être dans d’autres contextes qu’ici ?! 🤔 Hâte de vérifier ça! 😚

    1. Simon Auteur de l'article

      Isabelle, tu as un bon point. Les jours passent et l’inconfort est quasiment disparu.
      Ce sera comme ça aussi au Québec quand le port du masque ne sera plus exigé… Seulement, je pense qu’au Québec, plus qu’à Paris ou Istanbul, on a un plus grand traumatisme à surmonter…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.