Simon voyage

Pyongyang, capitale de la Corée du Nord

Pyongyang est la capitale et la porte d’entrée de la Corée du Nord. Voici un résumé de divers points d’intérêt.

Préambule

Pourquoi aller en Corée du Nord?

J’ai choisi d’explorer ce pays reclus après avoir eu un coup de cœur pour la Corée du Sud en 2017. La tentation de connaitre ce qui se trouve de l’autre côté du 38e parallèle m’a incité à m’y rendre. Bien entendu, il faut être prêt à accepter qu’on nous montre bien ce qu’on veut bien nous montrer… D’un autre côté, plus il y aura de visiteurs au pays des Kim, moins les habitants seront isolés de notre monde…

La Corée en quelques dates

Pour aider à comprendre la Corée d’aujourd’hui, voici un court résumé chronologique :

  • 25 juin 1950 : Début de la Guerre de Corée. Le Nord, sous influence de l’Union soviétique cherche à annexer le Sud sous influence américaine.
  • 27 juillet 1953 : Signature de l’armistice et fixation de la frontière entre les deux États.
  • 1998 : Kim Jong-il succède à son père et devient le deuxième dirigeant suprême.
  • 2011 : Kim Jong-un succède à son père et devient le troisième dirigeant suprême.

La capitale

Pyongyang, ville de près de 3 millions d’habitants, est traversée par le fleuve Taedong et la rivière Pothong. Ceci lui donne beaucoup de charme malgré la froideur des divers bâtiments. De larges avenues bordées d’arbres et de fleurs sillonnent la cité.

Principaux monuments

La ville est parsemée de monuments imposants :

Musée de la guerre victorieuse

Consacré principalement à la guerre de Corée (1950-1953), le musée de la guerre victorieuse (victorieuse pour qui?) présente la vision nord-coréenne de ce conflit.

Notre guide nous présente, avec émotion, quelques trophées de guerre ravis aux Américains : chars d’assaut, hélicoptères, avions et surtout l’USS Pueblo. Ce navire et ses 83 membres d’équipage ont été capturés en pleine guerre froide, en janvier 1968, alors que le bâtiment se trouvait supposément en eaux nord-coréennes. Ce n’est que 11 mois plus tard que l’équipage a été libéré au terme de la signature d’aveux reconnaissant essentiellement qu’ils étaient en mission d’espionnage.

On prend bien soin de nous projeter un film intitulé Who started the Korean War? (Qui a débuté la guerre de Corée?) qui allègue que ce sont les sud-coréens menés par son dictateur fantoche des Américains, Syngman Rhee, qui ont mené l’offensive le 25 juin 1950.

Les atrocités commises par les Américains et ses alliés sont aussi mises de l’avant, notamment le massacre de centaines de civils dans quelques villages nord-coréens. On y fait aussi mention du largage de 29 535 tonnes de napalm sur les populations locales.

En toute fin de visite, un ascenseur nous mène en plein cœur d’un panorama de 360 degrés. En quelques minutes, la plateforme rotative nous fait revivre le conflit comme si nous y étions. Absolument saisissant de réalisme… et à la fois triste lorsqu’on sait qu’environ 4 à 5 millions de personnes ont péri.

Métro de Pyongyang

Le métro de Pyongyang en quelques points :

  • Ouverture en 1973
  • 23 km / 17 stations
  • Un des plus profonds au monde à 110 mètres, pouvant servir d’abri antiatomique. Il faut 3 minutes et demie pour descendre ou remonter les escaliers roulants.
  • Avant 2010, les touristes ne pouvaient visiter que deux stations. Depuis 2014, les deux lignes sont accessibles.

Nous sommes entrés par la station Puhŭng (résurrection) pour ressortir par Kaeson (retour triomphal) menant à l’Arc de Triomphe. Dans le train, c’est le calme. Ici, personne n’a le nez sur son téléphone ou dans un livre.

Hôtel Ryugyong

L’hôtel Ryugyong est le plus grand hôtel inoccupé au monde avec ses 3 000 chambres inachevées réparties sur 105 étages. La construction a débuté en 1987. La chute de l’URSS a entraîné l’arrêt des travaux durant 14 ans laissant une immense structure de béton. Ce n’est qu’en 2011 que l’extérieur fut complété. Depuis 2018, le gratte-ciel de 330 mètres est devenu un véritable écran géant nocturne diffusant de la propagande.

D’étranges visites

On nous a fait visiter quelques lieux bien particuliers où tout semblait parfaitement chorégraphié. Difficile de partager le vrai du faux… Peut-être suis-je trop dubitatif?

  • Hôpital pour enfants Okryu : À l’arrivée, nous sommes impressionnés par ce distributeur de couvre-chaussures automatique! On nous présente la modernité d’installations où très peu de patients s’y trouvent. On passe d’une pièce à l’autre où j’ai l’impression de passer d’une mise en scène à l’autre. Il n’aurait fallu que 14 mois pour bâtir cet hôpital de 300 lits. J’invite notre ministre de la Santé à venir prendre des notes!
  • Hôpital ophtalmologique Ryugyong : J’ai eu droit à un examen de la vue gratuit sans avoir à prendre la place de qui que ce soit. Je suis +0,5 des deux yeux. Merci!
  • Studios d’artistes : De fort jolies œuvres nous sont présentées dans des studios impeccablement propres, sans aucune tache au sol… Et il en va ainsi des artistes eux-mêmes qui ont des mains sortant tout droit d’une manucure. Peut-être sont-ils de nouveaux retraités?
  • Hana Musical Information Centre : Au rez-de-chaussée, on a l’impression d’être dans un centre d’appel vide. On y voit des bureaux à cloisons avec des écrans sans ordinateur. On nous amène ensuite dans une petite salle de cinéma très moderne. Sur écran géant, on nous projette, entre autre, du Andrea Bocelli en son Surround 5.1. Bien qu’il existe du Surroung 6.1, 7.1, etc, on nous a mentionné que Kim Jong-il, lui-même, avait dit qu’au-delà de 5.1, l’oreille humaine est incapable de faire une distinction. Par conséquent, le 5.1, c’est simplement parfait!
  • Musée du timbre de Corée : Je tente d’acheter un timbre illustrant Kim Jong-un et Donald Trump pour l’apposer sur une carte postale. On me dit que c’est un timbre spécial, de collection et qu’il est fort possible que la carte ne soit jamais envoyée… Ah oui, vraiment? Selon moi, le fait d’oblitérer le visage d’un Kim aurait été un sacrilège. Je regrette de ne pas avoir tenté le coup pour 20 CNY (3,75 CAD)…
  • Usine de cosmétiques : Par ce beau lundi matin 11h00, dans une usine employant 500 employés, la chaîne de production était complètement arrêtée. Les sanctions internationales contre la Corée du Nord ne doivent certainement pas aider. Trois souriantes employées s’affairaient à des tâches d’une grande platitude.
  • Collège de formation en enseignement : Ici aussi, on passe d’une salle à l’autre pour nous montrer des techniques d’enseignement révolutionnaires. Un professeur devant et des apprentis parfaitement à l’écoute semblent démesurément captivés par les présentations projetées. Dans une de ces salles, des enfants font des calculs impossibles à partir de nombres qu’on nous dit être aléatoires… tout en dansant!
  • McDonald’s nord-coréen : Ce n’est pas une visite à proprement dit mais nous avons dîné dans une pâle copie d’un McDonald’s. Bien qu’il y avait quelques clients autour de nous, je suspecte que seule l’élite peut s’y nourrir.

Arirang Mass Games

Le stade du Premier-Mai d’une capacité de 150 000 spectateurs, plus grand amphithéâtre au monde, accueille le spectacle de masse Arirang Mass Games. Plusieurs dizaine de milliers de participants, en parfaite synchronisation, présentent une succession d’iconographies illustrant l’histoire récente de la Corée, de l’occupation japonaise jusqu’à la réunification espérée. C’est particulièrement impressionnant d’observer 30 000 étudiants de Pyongyang formant un gigantesque tableau constitué d’autant pixels. À chaque fois qu’un des trois Grands Leaders est illustré, la foule en liesse se lève. Au centre du stade, des milliers de danseurs et acrobates en mettent plein la vue. C’est certainement une des plus majestueuses représentations que j’ai vues!

Mont Ryongak

Situé à quelques kilomètres au sud-ouest de la capitale, le Mont Ryongak (colline du dragon) offre de beaux points de vue des environs par beau temps.

2 reflexions sur “Pyongyang, capitale de la Corée du Nord

  1. Pingback: Le quotidien nord-coréen – Simon voyage

  2. Christian O.

    Monsieur T.,

    C’est extrêmement intéressant.
    Je suis intrigué par l’extrême niveau de propreté. Il semble que tout est bien entretenu, quelqu’en soit la valeur. Que ce soit du métro au bureau des employés (ou figurants).
    Tout cela donne tout même l’illusion d’une société fonctionnelle.

    Il y a certainement beaucoup à discuter sur ce sujet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *