Simon voyage

Corée du Nord : Conclusion

J’ai visité la Corée du Nord pendant 14 jours. La seule et unique façon de s’y rendre est de joindre un groupe organisé via une agence de voyage accréditée (Hike Korea).

Itinéraire

Langue

Le coréen est la principale langue. À part les deux représentants du Foreign Relations Committee (Hwang et Kang) qui ont veillé sur nous à chaque minute, nous n’avons pratiquement pas rencontré de Coréens parlant anglais.

  • Bonjour = An-nyeong ha-se-o!
  • Merci (plus respectueux) = Kam-sa-ham-ni-da
  • Merci (respectueux) = Go-mab-seub-ni-da
  • Merci (plus familier) = Go-ma-wo-yo
  • Au revoir ! (à celui qui part : « partez en paix ») = An-nyeong-hi ka-sé-o!
  • Au revoir ! (à celui qui reste : « restez en paix ») = An-nyeong-hi ké-sé-o!
  • Oui = Né
  • Non = Ani-o
  • Chin Chin, Santé, Cheers = Gone-bé

Qu’est-ce qu’on y mange?

Il est difficile de décrire la cuisine nord-coréenne car, pour une vaste majorité de la population, cela se résume à une ration quotidienne de 600 g de riz, un peu de légumes et occasionnellement de la viande. D’ailleurs, les nord-coréens, à 18 ans, mesurent environ 13 cm de moins que leurs pairs sud-coréens. Cette différence est due à la famine sévère des années 1990 et à la malnutrition en général.

En tant que touristes étrangers, au restaurant, on nous en a mis plein la vue à un point tel que j’en étais mal à l’aise devant ces repas gargantuesques: BBQ de viande de boeuf, porc, canard à volonté, déjeuners-buffets, etc.

Les repas en randonnée étaient nettement moins gastronomiques et variés.

Base

  • Kimchi : C’est le trésor national de la Corée! Composé de piments et de légumes lacto-fermentés, c’est-à-dire trempés dans de la saumure pendant plusieurs semaines jusqu’au développement d’une acidité.
  • Gochujang : Condiment fermenté coréen piquant à base de piments rouges, de pâte de soja fermentée, de farine de riz gluant et de germe de blé.
  • Doenjang : Pâte de soja fermentée.
  • Ssamjang : Sauce faite à partir de doenjang, gochujang, huile de sésame, oignons, ail et optionnellement de la cassonade. On l’utilise pour agrémenter des morceaux de viandes grillés qu’on enveloppe d’une feuille de laitue.
  • Banchan : Accompagnements variés pour tous les plats à base de riz. Les plus courants sont : kimchi, namul, bokkeum, jorim et jjim.

Fruits

  • Pommes
  • Poires
  • Bleuets sauvages (fin de saison)

Les plats

  • Bibimbap : Mélange de riz, de viande de bœuf, de légumes sautés ou blanchis ensuite assaisonnés et d’un œuf sur le plat, le tout relevé par de la pâte de piment coréenne fermentée (gochujang). Il est parfois servi dans un bol en pierre (dolsot) chaud, et est alors nommé dolsot bibimbap.
  • Bulgogi : Littéralement « viande au feu », également connu sous le surnom de « barbecue coréen », préparé en utilisant soit du boeuf, du porc ou du canard mariné dans de la sauce de soja, du miel (ou sucre), des oignons verts, de l’ail, du sel de graines de sésame et du poivre noir puis grillé.

À boire

  • Soju : C’est le saké des Coréens, le liquide d’accompagnement de tous de nos repas. Plus fort que dans le sud, il est généralement à 25 degrés, pouvant aller jusqu’à 60 degrés. Un vrai tord-boyaux!
  • Bière : Excellente. La Taedonggang est la plus populaire.
Les desserts
  • Aucun digne de mention!

Coût de la vie

C’est aussi un défi de connaître le réel coût de la vie. Une courte visite du centre commercial Kwangbok, visant une classe moyenne privilégiée, en donne un bref aperçu. C’est d’ailleurs le seul endroit où il nous était possible de payer en monnaie locale.

1 USD = 8 200 wons
1 CAD = 6 150 wons
1 RMB/CNY = 15 wons
1 CAD = 5,36 CNY
  • Essence (en kg!) : 22 USD / 15 kg!
  • Bonbons, sac complet : 4 000
  • Pain : 5 300 wons
  • Chips : 1 300 wons
  • Snickers : 108 RMB
  • Lindt Orange (150g) : 2 100 wons
  • Bière : 126 RMB à l’hôtel
  • Coke: 84 RMB
  • Pepsi : 98 RMB
  • Timbres pour Canada : 10 RMB
  • Chocolat (50g) : 2 000 wons
  • Savon : 3 500 wons
  • Char d’assaut jouet : 500 wons
  • Bouteille de jus de poire : 28 RMB
  • Soju : 9 200 wons (9 CNY  / 1,50 CAD)
  • 4 paires de baguettes et cuillères : 103 RMB
  • Billet métro Pyongyang : 5 wons (certainement le billet de métro le moins cher au monde, moins d’un sou canadien!)
  • Internet : 10 minutes/10 CNY (1,85 CAD) sans accès aux médias sociaux.
  • Billet Arirang Mass games : 100 EUR
  • Boeuf (1 kg) : 5-10% salaire mensuel
  • Bananes (1 kg) : 13 USD
  • Visa : 560 CNY + 30 EUR (240 CNY) = 800 CNY (150 CAD)

Les plus

  • Mettre les pieds dans un pays interdit et tenter de se faire sa propre opinion de son quotidien.
  • Soirée karaoké en nature où les deux Corées étaient unies l’instant d’une soirée. Voir nos deux touristes sud-coréens chanter en choeur des chansons traditionnelles avec des nord-coréens était émouvant.
  • Les belles randonnées dans les environs du Mont Paektu.
  • Beaucoup de plaisir avec mes partenaires d’expédition!
  • L’équipe de soutien mérite aussi toute mon admiration pour nous avoir permis de mettre les pieds dans certains endroits difficiles d’accès.
  • Visiter la DMZ et Panmunjeom du côté nord, deux mois après avoir visité le côté sud.
  • Courir en liberté à Pyongyang.
  • Visiter d’improbables lieux : Usine de cosmétiques, hôpitaux, école, ateliers d’artistes.
  • Quitter la Corée du Nord et retrouver sa liberté… à Beijing! C’est un étrange sentiment indescriptible!

Les moins

  • Comme touriste, le manque de liberté. Bien que des progrès récents ont été faits en ce sens, il n’est, sans surprise, toujours pas possible de circuler librement, de rencontrer les gens spontanément, etc.

Observations diverses

Nombre des informations qui suivent ne nous ont évidemment pas été communiquées sur place. Elles proviennent en partie de défecteurs du régime.

  • Salaire : 1 800 USD/an. Ce qui donne 4 USD/jour pour une semaine de travail de 48 heures sur 6 jours.
  • Cellulaire : 10-20% de la population en possède un principalement à Pyongyang.
  • Électrification : 73% de la population n’a pas accès à l’électricité.
  • Tourisme : 10 000/année, majoritairement des Chinois.
  • Démocratie : Une élection a lieu aux 5 ans. Sur les bulletins de vote, un seul candidat. Taux de participation: 100%. Voir La démocratie façon nord-coréenne.
  • Nécrocratie : Kim Il-sung qui fonda le régime en 1948 et qui est mort en 1994, reste encore à ce jour, très officiellement le président éternel du pays.
  • Santé : Chaque citoyen a son médecin de famille. Privilégiant la prévention, chacun a droit à un examen aux 6 mois.
  • Ressources naturelles : Possède 15 à 24 fois plus de ressources que son voisin du sud. Elle est riche de nombreuses terres rares dont les Chinois sont friands.
  • Armée : Un tiers de la population est constituée de militaires. Le service obligatoire dure 13 ans.
  • Prisonniers politiques : Il y aurait entre 80 000 et 120 000 personnes dans les camps de travail.
  • Peine par association : Certains crimes peuvent valoir une sentence sur trois générations, les descendants étant considérés comme coupables par associations. La famille des défecteurs sont particulièrement affectées.
  • Activités illicites : Fabrication et vente de drogue et de biens contrefaits, trafic d’êtres humains, faux-monnayage, etc. Les diplomates jouent un rôle prépondérant.
    Les dépenses en armement (nucléaire entre autre) risquent de générer des revenus pour ses clients au Moyen-Orient et en Afrique.
  • Coupes de cheveux : Il n’existe que 18 coupes autorisées par l’État pour les femmes et 15 pour les hommes. Les cheveux gris sont interdits et seule la teinture noire est autorisée.
  • Voitures : Le régime interdit la conduite automobile sauf pour certains privilégiés. De très grandes avenues et autoroutes sont en place pour recevoir un trafic 100 fois supérieur à ce qu’il est maintenant… Sachant que les autoroutes ont été conçues d’abord pour y faire circuler massivement des véhicules militaires en cas de besoin.
  • Statues : Il est interdit de ne prendre en photo que le visage des Kim. On nous a souvent rappelé de les prendre en entier. D’ailleurs, il est respectueux (obligatoire!) de leur porter révérence.
  • Calendrier : L’an un débute en 1912, année de naissance du fondateur Kim Il-sung. Nous sommes donc en l’an 108 en cette année 2019.
  • À l’hôtel : Il y a toujours un assortiment de produits de beauté : lotions pour le corps, rasoirs, lotions après-rasage, brosses à dents, peigne, etc.
  • Sourires : Les nord-coréens ne sont pas souriants et peu hospitaliers. Je ne suis pas certain que je serais très souriant à travailler à des tâches un peu abrutissantes comme faire du désherbage ou du triage de petites pierres à la main. Il faut aussi dire que les citoyens ont été élevés à craindre les étrangers.
  • Épinglette : Tout citoyen dès l’âge de 12 ans doit porter son épinglette à l’image de Kim Il-sung et/ou Kim Jong-il afin de montrer sa loyauté envers leurs leaders.
  • Brouettes : Faute de machinerie lourde ou de brouette, on utilise des sacs qu’on transporte à 4 personnes pour déplacer du sable par exemple.
  • Entendu : « On ne peut pas vraiment se plaindre du gouvernement car il paie pour tout.« 

Le mot de la fin

La Corée du Nord est un pays fermé fascinant à découvrir dans la mesure où l’on accepte à l’avance qu’on nous montre bien ce que le régime veut bien nous montrer. Ça devient alors un jeu de départir le vrai du faux. À n’en point douter, l’idée de la réunification des deux Corées est une obsession de tous les jours. La RPDC martèle inlassablement son message que son autonomie est placée au-delà de tout à commencer par les droits de la personne.

Allez en Corée du Nord n’est certainement pas à la portée de tous dans l’état actuel des choses. Je rêve du jour où j’y retournerai avec mon sac à dos en prenant le train depuis Séoul…

Une réflexion au sujet de “Corée du Nord : Conclusion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *