Simon voyage

Arménie : Conclusion

J’ai parcouru l’Arménie, pays de 3 millions d’habitants, pendant 18 jours.

Langue

L’arménien appartient à la famille des langues indo-européennes tout comme le français.

Vocabulaire de base:

  • Bonjour = Barev dzez (ba-rev d-zez) ou Barez pour intimes.
  • Merci = Shnorrhakalutsjun (shno-rha-kal-ut-syun) ou Merci (en français!) qui est utilisé par les locaux.
  • S’il vous plaît = Khntromem (kh-n-tro-mem)
  • Au revoir! = Tstesutsyun! (ts-teess-uts-yun)
  • Bienvenue = Բարի գալուստ! (Bari galu’st)
  • Comment allez-vous? = Inchpes ek? (inchpes ek)
  • Pardon, Excusez-moi = Neerhorutsun (ne-rha-hut-sun), informel = knerek (k-ne-re-q).
  • Désolé = Tsavum em (tsa-vum em)
  • Oui/Non  = Ajo / votsh (ajo / votch)
  • 0 à 10 = Tsrho – 0 / Mek – 1 / Yerku – 2 / Yereq – 3 / Chors – 4 / Hingue – 5 / Vets – 6 / Yot – 7 / Oot – 8 / Inneh – 9 / Tas – 10
  • Bon appétit = բարի ձանապար (Bari charnapar)
  • C’était (très) délicieux = (shat) Hamov eh
  • L’addition, SVP = Hashiveh kbereq? (ha-shiv-ek kbe-req)
  • Santé! = Կենա’ցդ (Kenaced) – Rarement utilisé

Autre lien utile.

Les personnes plus âgées connaissent le russe et les plus jeunes tendent à apprendre davantage l’anglais.

Qu’est-ce qu’on y mange?

La cuisine arménienne a été influencée tout au long de son histoire par ses pays voisins (GrèceMoyen-OrientBalkansIran ou Turquie). Ainsi, on trouve un grand nombre de plats communs à la gastronomie libanaise, grecque, turque ou arménienne.

Les entrées

On y mange souvent des mezzés dont du houmous (հոմոս), moutabal (մութապալ), böreks (պըրեկ), dolmas (տոլմա), taboulébasturma (բաստուրմա), soudjour, d’autres types de saucissons (yershig : երշիկ), etc. Les repas commencent souvent avec un plat de légumes crus (concombres, radis, tomates, épinards), souvent préparés en salade (e.g. salade d’épinard au narsharab et aux noix).

Les soupes

Il est plus commun de commencer avec une soupe de madzoun (մածուն, similaire au yaourt) ou de poulet, ou les deux avec l’exemple du kefta au madzoun (մածունով գֆդէ).

Plats

  • Khorovadz : Cuisine principalement à base de poissons et de brochettes de viande. Le poisson est le plus souvent grillé et servi avec des légumes ou du riz. Les brochettes sont surtout à base de porc mais aussi de poulet, d’agneau ou de bœuf et accompagnées de riz ou de frites. Le khorovadz est aussi bien servi dans les restaurants que dans les snacks.
  • khach (խաշ) : Spécialité nationale, sorte de potée de pieds de bœuf bouillis et assaisonnés au service. Ce plat de la région de Shirak n’est consommé qu’en hiver en Arménie (alors qu’il l’est toute l’année en Géorgie).
  • khashlama (Խաշլամա) : Soupe de pommes de terre et de bœuf.
  • ghapama (Ղափամա) : Ragoût de citrouille, souvent élaboré au cours de la saison des fêtes.
  • lahmajoun (lahmajo) : pizza sur une pâte très fine et recouverte de viande hachée, de persil, d’oignons et d’épices. Il est surtout dégusté « sur le pouce ».

Les plats sont accompagnés de lavash (լավաշ), le pain traditionnel arménien, ou de pain pita.

À boire

Comme dans maintes ex-républiques soviétiques, la vodka est la boisson favorite en Arménie mais est lentement détrônée par la bière et le vin.

Depuis l’indépendance, le pays possède plusieurs brasseries. Les vignobles, quant à eux, existaient déjà sous l’ère soviétique mais étaient plutôt destinés aux vins doux, Moscou ayant alors décrété que les vins plus secs seraient fabriqués dans la Géorgie voisine.

Le « cognac arménien » (du brandy) était également réputé dans toute l’URSS.

Le tan (Թան), boisson d’origine persane, est également très populaire. Il se boit souvent pendant le repas et est apprécié dans les fast foods et accompagne souvent le lahmajoun. Le tan est fait à base de yaourt liquéfié à l’eau puis salé.

Le rakı est une sorte d’anisette que se boit tout aussi bien en apéritif que durant un repas.

Desserts

À base de fruits secs, de semoule, de blé ou de riz, imbibés de miel ou de sirop, aromatisés à la cannelle, à l’eau de fleur d’oranger ou encore d’eau de rose, les desserts arméniens sont à rapprocher des desserts orientaux, grecs et méditerranéens en général.

On retrouve le halva à la semoule, les célèbres baklavas, kadayifs, sari bourmas, loukoums, maamouls, etc. Certains desserts russes comme le Napoléon, l’équivalent du mille-feuille français, ont aussi leur place dans la cuisine arménienne.

La cuisine arménienne comprend aussi des desserts de type « crème » tels que le riz au lait, le muhallebi, ou certaines crèmes parfumées d’eau de rose, de cannelle, etc.

Coût de la vie

Le dram (AMD), est la monnaie officielle.

  • 1 AMD = 0,003 CAD! 😀
  • 1 CAD = 335 AMD
  • 1000 AMD = 3 CAD

Quelques achats :

  • Visa électronique : 7 USD valide pour 21 jours.
  • Trio McDonald’s : Aucun McDo. Quelques Burger King récemment fermés. Quelques KFC.
  • Eau : 210/1,5L
  • Boisson gazeuse : 470/L à l’épicerie.
  • Snickers : 230.
  • Pringles : 1440.
  • Bière (500 ml) : 500 à 800 au resto, 400 à l’épicerie.
  • Repas simple (Sandwich shawarma et breuvage) : 1000.
  • Repas simple avec boisson dans un resto plus touristique : 3000/pers.
  • Chambre simple avec salle de bain privée : 8000.
  • Lit en dortoir : 6000.
  • Essence GPL : 175 AMD (0,53 CAD)
  • Essence Rég 95 : 540 (1,64 CAD)
  • Trajet de métro payable directement avec la carte de crédit : 100.
  • Autobus local : 200.
  • Train : 1000 pour Gyumri-Erevan.
  • Carte SIM Team 30 jours 10G de données : 3000 (9,50 CAD).

Les plus

  • La gentillesse des Arméniens
  • De belles rencontres : Étienne avec qui j’ai fait quelques belles randos, cette charmante famille iranienne rencontrée l’instant d’une soirée, les voyageurs du Envoy Hostel à Erevan, etc…
  • De belle randos, particulièrement celle de Meghri.
  • De superbes monastères un peu partout et particulièrement ceux de Tatev et Haghpat.
  • L’effervescente et moderne Erevan où il fait bon y déambuler.

Les moins

  • Dilijan et sa réputation surfaite quant à la qualité des randonnées offertes.
  • Les transports sont parfois difficiles mais on s’en tire toujours en faisant du pouce ou en prenant un taxi.

Si c’était à refaire

  • Avec du beau temps, gravir le mont Khustup.

Observations diverses

  • Ukraine : Contrairement à la Géorgie, aucun signe de support à l’Ukraine apparent. Il faut savoir que l’Arménie bénéficie d’une certaine protection de la Russie face à l’Azerbaïdjan et à la Turquie.
  • Russes: Ne pouvant plus aussi facilement voyager dans le monde, ils se retrouvent massivement à Erevan. Plusieurs y ont loué des appartements à long terme.
  • Café : Des machines distributrices à chaque coin de rue. Pour 150 à 250, tout le monde a son café en main, à toute heure.
  • Lada : Peut importe l’état, elles roulent toujours!
  • Cigognes : Nids énormes en plusieurs endroits.
  • Cigarette : Plus de 50% des hommes fument. Un quart de la population est exposée à la fumée secondaire.
  • Signe de croix : Chaque fois qu’on passe devant une église ou un symbole religieux, il est commun de voir le chauffeur faire 2-3 signes de croix.
  • Pulpalak : Fontaines publiques ou tout un chacun s’y abreuve de son eau potable.
  • Recyclage : Le concept du recyclage en Arménie a été poussé à l’extrême! Selon mes observations, on recycle absolument partout. Par exemple, dans le taxi, le chauffeur termine son paquet et hop, par dessus bord! On termine un sandwich, et aussi prend le même chemin son sac plastique qui vient avec tout ce qu’on achète. Il n’y a assurément aucune sensibilisation environnementale ici!
  • Boire un coup : D’une main, une pichenotte sur la gorge signifie « Boire un coup », de la vodka par exemple.
  • Église : Il n’est pas rare de voir les fidèles quitter le lieu à reculons, possiblement pour ne pas faire dos au Christ.

Le mot de la fin

Bien que non prévu à mon itinéraire initial, l’Arménie m’a laissé plein de beaux souvenirs. Le peuple arménien, le cœur sur la main, nous permet d’apprécier toute la richesse de leur culture.

Et maintenant, je retourne en Géorgie pour quelques jours supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.